L’omniprésence du plastique dans nos vies

1 mois sans plastique
Juillet sans plastique 2016

Depuis maintenant 3 ans, le mois est juillet est pour moi l’occasion de questionner ma consommation de plastique. Je participe à chaque année au défi  »Juillet sans plastique », inspiré de l’initiative australienne Plastic free July. Bilan, réflexions sur le plastique et introduction de ma nouvelle chronique « la Patente de la semaine ».

À l’heure du consensus (quasi) international sur la nécessité de réduire notre dépendance aux énergies fossiles, la consommation de plastique – fabriqué à partir de pétrole – s’avère un élément de réflexion complémentaire à celui bien présent de la consommation d’énergies fossiles.

JSP-J1

S’il y a une chose que j’ai réalisé depuis juillet 2015, c’est bien l’omniprésence du plastique dans nos vies, et surtout dans les produits alimentaires. Mon optimisme initial à participer au défi en ne remplissant qu’un pot Mason s’est rapidement frappé à un mur : malgré tous mes efforts déployés, j’ai débordé amplement (mes attentes étaient clairement irréalistes 😂).

Mon mode de vie est loin d’en être un  »zéro déchet » malgré toutes les actions que je pose pour réduire au quotidien la quantité d’emballages que j’utilise. J’ai adopté de nouvelles habitudes, mais certains des choix de consommation que je fais sont aussi basés sur d’autres critères, comme l’achat local, biologique, les produits moins carné. Chacun(e) d’entre nous agit en fonction d’une échelle de valeur qui lui est propre. Personnellement je préfère les produits d’un producteur de fruits et légumes locaux, même s’ils sont parfois emballés (même si sans emballage, c’est encore mieux).

Plastique consommé, plastique recyclé?

Au Québec, nous consommons plus de 240 000 tonnes de plastique par année, seulement pour le milieu résidentiel (donc sans compter la consommation dite hors foyer – dans les parcs, les lieux publics, etc. – et dans les entreprises).

Et le taux de récupération moyen du plastique à domicile? Seulement 31,7%!

C’est dire qu’il y a encore du chemin à faire, en commençant bien entendu par la réduction à la source! 😉

Les dernières données disponibles à ce sujet mettent en relief les sacs et pellicules de plastique sont les parents pauvres du système de récupération.

Taux récupération plastique au Québec

Les sacs et pellicules de plastique représentent 40,3% de la génération de plastique du secteur résidentiel québécois. C’est plus plus de 80 000 tonnes de plastique par année!

Cette situation s’explique notamment par le fait que certains centres de tri ne les acceptent pas, mais elle illustre également les limites de la performance générale observée pour valoriser ces matières, dont les impacts environnementaux sont significatifs. En effet, la volatilité des sacs de plastique et l’importante quantité consommée – un milliard par année juste au Québec – font en sorte qu’il s’agit d’un des principaux objets que l’on retrouve dans les océans.

L’infographie ci-dessous illustre bien l’absurdité  de ce produit à usage unique dont on sait très bien se passer!

Sacs de plastique CMM
Source : Communauté métropolitaine de Montréal, 2017

Bonne nouvelle : des changements sont en vue de ce côté-là! À partir d’avril 2018, la Communauté métropolitaine de Montréal prévoit un bannissement des sacs de plastique à usage unique sur son territoire. C’est donc près de 50% de la population du Québec qui sera touchée par cette mesure.

En espérant que celle-ci s’étende éventuellement à l’échelle de toute la province…!

Nouvelle chronique : la Patente de la semaine!

Comment fait-on pour réduire l’utilisation d’un produit? Peut-on le réparer? Et si ce n’est pas le cas, est-ce que c’est recyclable? La Patente de la semaine est une nouvelle chronique que je vous propose afin de répondre à vos questionnements existentiels!

Pizza et bouchins

Cette boîte à pizza et les bouchons de bière qui l’accompagnent au terme d’un déménagement, que doit-on en faire? Si le carton est très souillé (comme on le voit dans la section du bas de la boîte) on peut la mettre au compost. Le reste peut aller au recyclage, tout comme les bouchons de bière!

Vous voudriez me partager vos interrogations pour que je puisse y répondre dans de futurs articles? Remplissez ce questionnaire, et n’hésitez pas à le partager avec votre famille et vos ami(e)s! 📋

Peinture

En ce blitz pré-déménagement, j’ai pris le pari de vous présenter quelques  »patentes » supplémentaires. Le pot de peinture, même vide, ne va pas au recyclage à cause des restants de peinture qu’il contient et qui doivent être traités.

Pour les contenants vides et ceux avec des restes de peinture que vous ne souhaitez plus garder, consultez cette carte pour trouver le point de dépôt le plus près de chez vous!

La peinture récupérée sera réutilisée par Écopeinture et servira à produire sa gamme de peintures recyclées!

Vous faites le ménage de votre salle de bain et vous ne savez que faire de vos médicaments périmés? Rapportez-les à votre pharmacie pour qu’ils puissent être détruits de manière sécuritaire.

Médicaments (2)

Plus d’informations

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s