HOP – s’unir pour militer contre l’obsolescence programmée

Logo halte HOP

Agir concrètement contre l’obsolescence programmée, c’est possible! Halte à l’obsolescence programmée (HOP), un regroupement de citoyens et de citoyennes français, en est un exemple inspirant. Grâce à un réseau d’expert(e)s et une communauté d’acteurs et d’actrices engagé(e)s, l’association contribue au développement des alternatives de consommation viable. Son objectif? Dénoncer publiquement l’obsolescence programmée, la combattre juridiquement, informer les citoyens et les décideurs politiques et les mobiliser autour d’alternatives à la surconsommation.

En France, depuis l’adoption de la Loi sur la transition énergétique en 2015, l’obsolescence programmée est passible d’amendes allant jusqu’à 300 000 euros, et peut même entraîner 2 ans de prison. Mais encore faut-il être en mesure de le prouver. D’où la nécessité de s’organiser et d’agir!

[L’obsolescence programmée selon la loi française : l’ensemble des techniques par lesquelles un metteur sur le marché vise, notamment par la conception du produit, à raccourcir délibérément la durée de vie ou d’utilisation potentielle de ce produit afin d’en augmenter le taux de remplacement. Ces techniques peuvent notamment inclure l’introduction volontaire d’une défectuosité, d’une fragilité, d’un arrêt programmé ou prématuré, d’une limitation technique, d’une impossibilité de réparer ou d’une non-compatibilité.]

Pour en apprendre davantage sur le sujet, j’ai rencontré Laetitia Vasseur, présidente et cofondatrice de Halte à l’obsolescence programmée.photoPROCV (1)

B.à.B. Qu’est-ce qui vous a mené à créer HOP?

L.V. Après avoir travaillé sur une loi contre l’obsolescence programmée lorsque j’étais collaboratrice parlementaire au Sénat français, j’ai décidé de poursuivre mon implication sous un autre angle. L’adoption d’une loi condamnant l’obsolescence programmée en France est certes un excellent premier pas, mais il faut également s’assurer de sa mise en œuvre. Les citoyens doivent agir et créer un rapport de force.

L’idée derrière HOP, c’est de fédérer des acteurs et des personnes compétentes dans divers domaines pour faire pression et encourager les entreprises à accroître la durabilité des biens. C’est ce qui a motivé la création d’une association citoyenne pour agir concrètement.

Il faut repenser notre modèle économique pour en finir avec le gaspillage organisé et rendre son droit au consommateur à des produits durables et de qualité. – Laetitia Vasseur

B.à.B. Qui s’implique dans HOP?

L.V. Actuellement, tout le travail réalisé au sein de l’association est fait bénévolement. Ce sont donc des citoyens qui prennent action et s’impliquent au quotidien pour faire avancer la cause. Nous sommes une trentaine à nous mobiliser sur différents fronts, notamment :

  • la poursuite en justice des industriels qui ne respectent pas la loi;
  • la veille législative et scientifique, et la publication d’articles sur nos différentes plate-formes;
  • la mise à disposition de ressources générales et techniques sur le sujet;
  • la promotion d’initiatives nouvelles et de modes de consommation durables; et
  • le plaidoyer auprès d’élus et autres décideurs afin qu’ils prennent position et agissent au sujet de l’obsolescence programmée.
  • les événements HOP et des infographies pour sensibiliser à la réparation, au réemploi et faire connaître plus largement des alternatives à l’obsolescence auprès du grand public.

B.à.B. Quelles initiatives avez-vous mises sur pied depuis votre création en 2015?

L.V. Plusieurs actions ont été entreprises depuis 2015. Nous avons entre autres rédigé un manifeste et produit de la documentation en lien avec l’obsolescence programmée.

En collaboration avec CommentReparer.com, nous avons mis en ligne la plate-forme collaborative – produitsdurables.fr – un site où les consommateurs et réparateurs peuvent noter les bons et mauvais élèves de la durée de vie des produits. L’objectif est d’identifier les marques qui méritent d’être encouragées et celles qui font peu d’efforts et qui mériteraient une enquête approfondie en vue d’un éventuel recours en justice. 2800 produits ont été signalés à ce jour!

En janvier dernier, nous avons organisé le HOP Day, une journée d’échange et de collaboration pour rassembler les citoyens intéressés par le champ d’action de l’association. Plusieurs chantiers sont en cours, et nous poursuivons nos actions à divers niveaux.

HOPday

B.à.B. Quelles sont les prochaines étapes?

Au niveau des actions et revendications, nous sommes d’avis que des solutions normatives simples et concrètes doivent être mises en œuvre rapidement : étendre les garanties, mettre à disposition les pièces détachées ou encore rendre l’information sur les produits obligatoire. Nous souhaitons aussi que la durée de vie des produits soit affichée pour que les consommateurs soient en mesure de faire des choix éclairés.

Nous travaillons activement à ce que des engagements soient pris en ce sens, et que la loi soit respectée. À titre d’exemple, depuis le 1er mars 2015, les professionnels doivent informer les consommateurs sur la disponibilité des pièces détachées afin de les orienter vers des produits durables. Or, plusieurs ne respectent pas ces obligations. HOP est présente pour les rappeler à l’ordre et faire pression à ce sujet.

En ce qui concerne l’association, nous souhaitons atteindre 10 000 membres, nombre qui correspond au seuil minimum pour être agréé et lancer une action contre un metteur sur le marché soupçonné d’obsolescence programmée.

Nous voulons aussi continuer à faire des événements HOP sur le territoire et apporter des solutions concrètes aux consommateurs/citoyens.

B.à.B. Sur une note plus personnelle, comment vos réflexions et convictions influencent-elles votre mode de vie?

L.V. Quotidiennement, je fais attention à mes choix de consommation. Je suis beaucoup plus consciente de leurs impacts environnementaux et sociaux, et du pouvoir qu’ont les consommateurs de contribuer au changement. Je consomme moins et mieux, dans une optique de responsabilité et de durabilité.

Vous voulez aider HOP? Partagez cet article et encouragez vos ami(e)s Fà devenir membre de l’association (c’est gratuit!), et même à les encourager financièrement par le biais de leur plate-forme de dons!

Beandeau HalteHOP

Pour plus d’information

Publicités

3 réflexions sur « HOP – s’unir pour militer contre l’obsolescence programmée »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s