Halte à San Francisco – ville (presque) zéro déchet

SF event
Source : sfenvironment.org

Voici une petite chronique issue dans de ma collaboration avec le Conseil québécois des événements écoresponsables. Aujourd’hui, dans le cadre des Vivats de l’environnement, plusieurs organisations se verront primées pour leurs efforts en vue d’améliorer leur gestion des matières résiduelles, réduire leur impact environnemental lié au transport et à la consommation d’énergie, leur engagement socio-économique, etc. L’an dernier, j’ai eu la chance de participer au Festif de Baie Saint-Paul, qui s’est vu primé dans plusieurs catégories. Pour contribuer à ces inspirations, je vous parle aujourd’hui de ce qui se passe à San Francisco en écoresponsabilité événementielle 🙂

Berceau du mouvement zéro déchet (et lieu de résidence de l’incontournable Bea Johnson), San Francisco est une ville incontournable dans le domaine de la gestion des matières résiduelles. Valoriser 100% des matières d’ici 2020, voilà l’objectif audacieux que l’administration s’est fixé. Comment cela se reflète-t-il au niveau des citoyens et des organisateurs d’événements? Voici un bref aperçu de la situation!

Des mesures qui portent fruit

Depuis juin 2009, un décret obligeant les citoyens et les entreprises à séparer les matières recyclables, compostables et les déchets ultimes a été adopté. Cette mesure ambitieuse a porté fruit : en 2012, la municipalité enregistrait un taux de valorisation de 80% des matières résiduelles! La ville se classe d’ailleurs au premier rang du « Siemens Green City Index » des villes nord-américaines.

Écoresponsabilité événementielle : obliger, mais accompagner

Plusieurs mesures sont en place pour accroître l’écoresponsabilité événementielle. Tous les événements qui ont lieu à San Francisco doivent obligatoirement offrir une collecte à trois voies sur leur site. De plus, une formation sur les événements zéro déchet est dispensée aux organisateurs d’événements. Pour les appuyer dans leur organisation, la ville offre un service de consultation gratuit, notamment pour aider à faire un plan de gestion des matières résiduelles permettant l’optimisation de la disposition d’îlots sur le site.

Des municipalités du Québec ont déjà mis en place certaines mesures réglementaires pour favoriser la saine gestion des matières résiduelles dans les festivals. Avec le bannissement de l’élimination des matières organiques prévu en 2022, pourrait-on s’inspirer de l’exemple de San Francisco pour une éventuelle réglementation à l’échelle provinciale?

Psst! Si vous voulez vous inscrire à l’infolettre du Conseil québécois des événements écoresponsables et recevoir mes chroniques, c’est ici! 😉

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s