Wayana Carrier-Doneys et son incroyable aventure au coeur du vortex de plastique du Pacifique

WayanaPour la Journée internationale des femmes, voici l’histoire de Wayana Carrier-Doneys, une femme inspirante et hors du commun, qui est partie à la conquête des océans afin de participer à l’échantillonnage de plastique pour le Ocean Clean up. Elle m’a partagé une partie de son histoire et des péripéties de son voyage mouvementé.

Wayana adore voyager et profite de chaque occasion pour partir à la découverte d’une nouvelle destination. Elle écrivait son essai de maîtrise en environnement en Colombie-Britannique lorsqu’elle a rencontré Jason, qui lui a raconté son rêve de faire le tour du monde en voilier.  Il cherchait des gens pour faire partie de don équipage. Wayana a vécu cette invitation comme une opportunité à ne pas refuser. Voilà comment a pris forme son projet de tour du monde à voilier, qui s’est concrétisé un an et demi plus tard.

Wayana, qui suivait l’initiative du Ocean Clean up, a eu vent du projet d’échantillonnage… la veille de la date limite pour y appliquer! Ses coéquipiers ont tout de suite embarqué, et le départ qui était initialement prévu en août 2015 a été devancé en juillet.

Cela lui laissait donc 3 semaines pour tout préparer (!), et rejoindre Jason et Nicole à San Francisco pour entreprendre leur périple vers Hawaii.

Le voyage de 2 mois s’est avéré haut en couleurs, puisque l’équipage a dû faire face à des conditions difficiles et à des ouragans…

Stay gold across Pacific
Crédit photo : Guillaume Beaudoin

B.à.B Le trajet San Francisco-Hawaii n’a pas dû être de tout repos : peux-tu nous raconter comment ça s’est passé?

W.C.-D. Sur la route vers San Francisco, Jason et Nicole ont été pris dans la queue d’un ouragan. La garde côtière est allée les chercher et lorsque le bateau est arrivé au port, il était en mauvais état. Les leçons de navigation que j’avais prévues ont dû être mises de côté pour que le bateau soit réparé. Je suis donc partie en mer avec trois jours d’expérience de voile (il y a près de 10 ans) et des notions théoriques.

Je n’avais aucune idée à ce moment-là que je m’apprêtais à vivre le plus grand challenge de ma vie, je ne savais pas ce dans quoi je m’embarquais : je pensais prendre ça relax! Je me disais même que j’aimerais voir une tempête, connaître mes limites. C’est arrivé plus tôt que je ne l’imaginais!

A plusieurs reprises, nous dû éviter des ouragans. Heureusement, nous avions un ange-gardien : Scott. Nous avons rencontré ce passionné de la voile avant de quitter San Francisco. Allumé par le projet, il a suivi nos aventures et nous transmettait les informations météorologiques, parfois à toutes les 20 minutes pendant les moments critiques. À un moment, nous avons dû nous approcher d’un ouragan pour en éviter un autre, et faire face à des vagues de 10 mètres!

Stay gold accross pacific de haut
Crédit photo : Guillaume Beaudoin

B.à.B Y a-t-il eu des moments où tu as douté que vous alliez vous rendre à destination?

W.C.-D. J’ai toujours été confiante que ça irait, que nous passerions au travers. On a souvent peur dans la vie, mais je crois que ça ne nous aide pas de nous mettre dans un état de panique et d’anticiper un événement avant qu’il arrive.

Une fois, quand nous naviguions vers l’Amérique du Sud le bateau a été envahi par une vague et était penché à 90 degrés [ndlr. Wayana a poursuivi son voyage après l’opération d’échantillonnage]. J’ai été propulsée dans l’océan, mais j’ai gardé mes mains sur le gouvernail. Le mât touchait l’eau, et j’ai cru que le bateau de se relèverait pas. Pendant 2 jours après cet événement, j’avais une peur irrationnelle que ça se reproduirait.

Je me répétais alors « courage, persévérance et détermination. »

B.à.B. Comment se passait l’échantillonnage? À quoi ressemble le vortex de plastique du Pacifique?

W.C.-D. Après une semaine en mer, nous avons commencé à faire de l’échantillonnage pour le Ocean clean up. Trois fois par jour, quand l’océan était assez calme et le permettait, nous ratissions l’eau à l’aide d’un filet géant. Le vortex n’est pas un continent solide comme on pourrait le croire, c’est plutôt comme une grosse soupe de plastique où l’on retrouve des bouteilles, de bouées, des filets de pêche, etc. C’est très troublant de voir toute cette pollution de nature humaine et de voir que les animaux mangent les fragments de plastique.

Nous étions le seul voilier (et le plus petit) qui faisait la collecte de données à l’aller et au retour. Nous sommes d’ailleurs ceux qui avons fait le plus d’échantillonnage. Notre bateau a été surnommé « The small who could » [le petit qui peut].

Je suis heureuse de savoir que les informations que nous avons recueillies seront utiles, qu’elles permettent de mieux comprendre la composition du vortex de plastique et d’orienter les efforts pour la collecte et le traitement des matières.

B.à.B Que retires-tu de cette expérience?

W.C.-D. Je me suis sentie privilégiée de prendre connaissance sur place de la situation. Cette zone est très peu fréquentée, et je n’aurais pas eu l’occasion d’y aller autrement. Cela me permet aussi d’en parler autour de moi, de diffuser de l’information sur le sujet. Comprendre la situation m’aide à mieux l’expliquer et la transmettre.

Cela m’a fait réaliser combien la planète est petite, et que les des déchets de tous voyagent dans les zones internationales. Ils sont donc les problèmes de tous et de personne à la fois, il y a vraiment une nécessité de responsabilisation, tant personnelle que politique!

J’ai aussi vécu des moments magiques de connexion avec la nature. Je conduisais souvent seule la nuit, guidée par les étoiles. J’ai vu des pluies d’étoiles filantes magnifiques, des levers et couchers de soleils uniques et nous avons même croisé le regard d’un grand requin blanc, qui est en voie d’extinction dans le Pacifique. J’y ai lu de la curiosité et de l’intelligence, c’était un instant unique.

C’est un voyage qui a changé ma vie. Ça a été une expérience très forte, et enrichissante sur les plans émotionnel et physique.

Plus d’information

Publicités

Une réflexion sur “ Wayana Carrier-Doneys et son incroyable aventure au coeur du vortex de plastique du Pacifique ”

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s