Empreinte carbone et gaspillage alimentaire

gaspillage alimentaireOn parle beaucoup ces temps-ci de changements climatiques et des négociations internationales pour un accord sur la réductions des gaz à effet de serre (GES) dans le cadre de la COP21. Certes, des efforts doivent être faits au niveau des gouvernements pour favoriser la transition vers des énergie plus durables. Mais nous avons aussi chacun-e notre part de responsabilités. À l’approche des fêtes, planifier une réception et faire des choix écoresponsables de manière à éviter le gaspillage alimentaire constitue un moyen de réduire les émissions de GES. 

L’impact environnemental du gaspillage alimentaire

Selon l’organisation des Nations-Unies pour l’agriculture et l’alimentation, 1,3 milliards de tonne de nourriture consommable est gaspillée chaque année.

L’empreinte carbone du gaspillage alimentaire mondial est estimée à 3,3 milliards de tonnes de CO2 équivalent de GES, et le volume total d’eau utilisé pour produire ces denrées gaspillées est de 250 km3.

Au Canada, cela se traduit par un gaspillage moyen de 40% des aliments, dont 51% à domicile!

Source - ICI Explora
Source : ICI Explora

Comme le temps des fêtes est pour plusieurs une période de  grande consommation de nourriture, les risques de gaspillage alimentaire sont d’autant plus élevés.  Mais que faire pour réduire son empreinte carbone et son impact environnemental? Voici quelques conseils!

  • Réduire la consommation de viande, dont la production est particulièrement énergivore.
  • Acheter des produits locaux : légumes de saison, boissons et autres produits du terroir sont autant d’options qui, en plus d’encourager l’économie locale, sont a proximité et nécessitent moins de transport.
  • Être réaliste : ne pas cuisiner des quantités excessives pour éviter des pertes!

Après le repas…

Après que les merveilleux plats aient été consommés, quelques actions peuvent être posées pour éviter les pertes.

Ranger avant que ça se gâte : éviter de laisser traîner pendant des heures les plats sur la table, puisque cela réduit leur durée de vie.

Répartir les restants entre les invités : plutôt que de manger le même repas pendant 10 jours, pourquoi ne pas proposer des portions pour emporter aux autres convives?

Se méfier de la date de péremption. Ce n’est pas une vérité absolue, et plusieurs aliments sont encore comestibles après l’échéance « officielle ».Voici une liste de 10 aliments que l’on peut consommer après la date de péremption. 

Donner à son frigo communautaire! Plusieurs frigos collectifs ont vu le jour à Montréal (Rosemont, Amherst et Hochelaga), Québec, et au Saguenay : allez y faire un tour pour donner vos surplus, ils feront certainement le bonheur de quelqu’un!

Pour plus d’information

Publicités

Une réflexion sur “ Empreinte carbone et gaspillage alimentaire ”

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s