Couches lavables vs jetables

Récemment, une lectrice qui a utilisé des couches lavables pour ses enfants me demandait si le nettoyage des couches engendrait d’importants impacts environnementaux. Opter pour les couches lavables : est-ce que le jeu en vaut la chandelle?

Les données démontrent que oui, cela en vaut la peine, tant au niveau de la pollution que de la santé des utilisateurs – jeunes et moins jeunes (on n’en parle pas souvent, mais y a aussi la question des culottes d’incontinences pour les personnes âgées).

Couches lavables 2
Une couche lavable = 200 à 300 couches jetables

Un volume faramineux!

Un enfant utiliserait en moyenne de 5 000 à 7 000 couches avant d’atteindre la propreté : soit l’équivalent d’une chambre pour enfant pleine de couches (voir ici pour une image qui vaut 1000 mots)!

Le cumulatif de la consommation de couches correspond à 600 millions de couches jetables enfouies par année au Québec. Chaque couche prend entre 300 et 500 ans pour se décomposer!

En comparaison, un  « kit » de 24 couches lavables est suffisant pour un enfant, et n’aura même pas atteint sa fin de vie utile après que l’enfant soit propre.

Dans les CHSLD, les culottes d’incontinence représentent une proportion importante des matière résiduelles. Une analyse réalisée par Synergie Santé Environnement révèle que leur volume atteint 49,8 % du total des déchets d’un CHSLD!

Si les couches sont généralement portées pendant quelques années en début de vie, les culottes d’incontinence peuvent l’être pendant 5, voire même 10 ans!

Impacts sur la santé

Selon le Guide du CPE durable de la Société de développement environnemental de Rosemont, « Les couches jetables renferment une quantité importante de produits nocifs(dioxines, phtalates, TBT, etc.) responsables de problèmes de santé divers (érythèmes fessiers, problèmes hormonaux, stérilité)

Le polyacrylate de sodium, banni des tampons hygiéniques dans les années 80 et incriminé dans le syndrôme du choc toxique, est toujours utilisé comme gel super absorbant dans les couches jetables. »

Voilà exactement le genre d’enjeu de santé environnementale auquel Nathalie Robitaille faisait référence.

Consommation d’eau

Une analyse de cycle de vie réalisée en France a comparé l’ensemble des impacts environnementaux des couches lavables à ceux des jetables. L’hypothèse de base pour la comparaison des scénario est l’utilisation de couches à domicile pendant 2 ans et demi et de 5 changements par jour.

13 types d’impacts environnementaux ont été évalués dans l’analyse comparative, traitant entre autre des impacts sur la couche d’ozone, la toxicité, l’acidification, les émissions de GES et de la consommation d’eau.

Trois catégories d’impact se sont avérées potentiellement plus importantes avec l’utilisation des couches lavables : l’écotoxicité terrestre et la consommation d’eau. Et selon la composition des couches lavable, les résultats varient.

Ainsi, les couches composées de microfibres impliquent moins de consommation d’eau que les jetables et que les celles en chanvre ou en coton bio.

Dans tous les cas, la somme des impacts environnementaux milite en la faveur d’utilisation de couches lavables!

Saviez-vous que certaines municipalités et arrondissements subventionnent les couches lavables? Vous pouvez consulter la liste ici.

Pour plus d’information

Publicités

4 réflexions sur “ Couches lavables vs jetables ”

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s