Dans la peau d’une trieuse de matières recyclables

Amélie tri 2Il y a deux semaines, j’ai expérimenté le travail de trieuse des matières recyclables chez Tricentris, afin d’être mieux à même de répondre à mes questionnements quotidiens, et aux vôtres par la même occasion 🙂

Qu’est-ce qui se passe avec nos matières recyclables?
Il y a plusieurs étapes de tri, mécaniques et manuelles, pour bien séparer les matières. Le tri commence du général – enlever ce qui n’a pas d’affaire au recyclage – et devient de plus en plus précis.
Plus le tri est spécifique, plus le tapis roulant est rapide. Ça peut donner le mal des transports, et ce n’est pas fait pour tout le monde (après 15 minutes à un poste, j’avais le tournis!).
On commence avec le tri à la source, en retirant les gros morceaux de métal, et ce qui ne va pas au recyclage.
Ruban VHS
Le ruban magnétique est un réel problème, car il reste pris dans les équipements

Parmi les choses que l’on a trouvées pendant que j’ai essayé le premier poste de tri, il y avait des vêtements, de la nourriture, des sacs de poubelles, une montre, une litière pleine et des cassettes VHS démantibulées (si vous voulez les recycler, Terracycle les accepte et on m’a mentionné qu’un programme de collecte gratuit verrait probablement le jour dans quelques mois!).

En étant sur la ligne de tri, j’ai appris que les grosses pellicules de plastiques constituent un problème car elles coincent dans les équipements. Il est possible d’éviter cette situation en les rassemblant dans un sac de plastique (les sacs de sacs, quand ils sont transparents, sont bien triés et peuvent être recyclés).
Malgré toutes ces choses que l’on retrouve et qui n’ont pas d’affaire au recyclage, le taux de rejet est de 10%!
Austin et un parapluie retrouvé dans la ligne de tri des fibres
Austin et un parapluie retrouvé dans la ligne de tri des fibres

Après  avoir enlevé les encombrants, les matières recyclables sont acheminées vers différentes lignes de tri. Par exemple,

  • une où l’on sépare l’aluminium et les contenants multicouches
  • une ligne de fibres où l’on trie le carton et on retire les pellicules de plastique. C’est d’ailleurs à cet endroit que j’ai trouvé un super parapluie, en guise de souvenir de la visite 😉
 Le travail en centre de tri est-il difficile? 
Il y a plusieurs préjugés négatifs envers le travail en centre de tri. L’expérience que j’ai vécue m’a fait réaliser que ce n’est pas fait pour tout le monde, surtout avec le mal du transport! J’ai découvert un beau sentiment d’appartenance des membres de l’équipe avec qui j’ai eu l’occasion d’échange, et certains sont là depuis plus de 10 ans.
Ginette à la ligne de tri de l'aluminium et des multicouches
Ginette à la ligne de tri de l’aluminium et des multicouches

« Je me souviens que ma première journée, je travaillais avec une autre nouvelle qui s’appelait aussi Ginette. Elle n’est pas revenue le lendemain. Moi j’ai continué et ça fait 12 ans que je suis là! » – Ginette

La bonne nouvelle, c’est que nous pouvons contribuer à améliorer la qualité de vie des travailleurs et travailleuses. Voici quelques conseils à ce sujet.
Des gestes qui comptent!
Carton et plastiques à séparer
Carton et plastiques à séparer
Rincer ses contenants avant des les mettre au recyclage a un impact direct sur le travail en centre de tri : cela limite les odeurs et les effets effets désagréables y étant liés.
Séparer les matières lorsque possible. Par exemple, les caisses de bouteilles de jus : toute l’équipe du centre de tri, soit 20 personnes, prend quotidiennement une quinzaine de minutes pour séparer le plastique du carton. Cela prend quelques secondes lorsqu’on le fait à la maison!
Les matières acceptées varient selon le territoire. Lorsque l’on est pas certain si quelque chose va au recyclage, mieux vaut s’informer auprès de notre municipalité.

Avec notre système de collecte sélective, le métier de trieur est incontournable. Chacun de nous pouvons influencer la qualité des conditions de travail en faisant un bon tri, en rinçant nos pots et en en parlant à notre entourage!

Publicités

8 réflexions sur « Dans la peau d’une trieuse de matières recyclables »

  1. Comment voulez-vous que nous séparions carton et plastique alors que tout va ensemble dans le camion. Au tout début c’était facile de le faire.

    J'aime

    1. Par exemple, lorsque vous achetez une caisse de boissons (comme on les voit dans la dernière image de l’article), l’idéal est de séparer le carton qui est au fond de la caisse de l’emballage de plastique, et de mettre le plastique dans un sac de sacs transparent.

      J'aime

  2. Je lève mon chapeau à ceux & celles qui y travaillent; ce n’est pas tous les gens qui le peuvent…alors, respectez-les…ils(elles) le méritent.

    Aimé par 1 personne

    1. En effet, c’est un métier essentiel! Et en prenant soin de bien trier à la source, on contribue à améliorer leur qualité de vie au travail 🙂

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s