Pourquoi les frigos ne devraient pas aller chez le ferrailleur

Recyclage frigo 2

En plus des métaux et des plastiques qui composent les réfrigérateurs et autres appareils froids, on y trouve des substances polluantes : les halocarbures.

La grande majorité des frigos et des congélateurs contiennent des halocarbures dans leur circuit de réfrigération et dans la mousse isolante. On en retrouve aussi dans d’autres appareils réfrigérants comme les thermopompes, les climatiseurs et les déshumidificateurs.

Ces gaz ont tout intérêt à être captés et détruits, sans quoi ils ont des effets majeurs sur le réchauffement climatique.

Voici un résumé des substances toxiques dans les appareils réfrigérants selon leur année de fabrication.

Évolution substances

  • Chlorofluorocarbone (CFC) ou de l’hydrochlorofluorocarbone (HCFC) : substances appauvrissant la couche d’ozone et puissants gaz à effet de serre (GES). Ils ont été graduellement interdits d’utilisation.
  • Mercure : substance toxique et dangereuse pour les humains et les animaux.
  • Hydrofluorocarbone (HFC) : puissant gaz à effet de serre. Les États-Unis, le Canada et le Mexique militent d’ailleurs pour la réduction de son utilisation.

Les ferrailleurs : une fausse bonne solution

Les frigos que l’on laisse au bord de la rue ou à des livreurs peuvent être vendus pour la valeur du métal (environ 30$ par appareil), exportés, ou encore réparés et revendus sur des petites annonces. En effet, une importante proportion des appareils remplacés sont encore utilisables ou réparables!

Plusieurs appareils réfrigérants passent par des réseaux alternatifs, comme les ferrailleurs qui tirent profit de la vente du métal. Ceux-ci ne devraient théoriquement pas accepter les appareils qui n’ont pas été vidés des substances toxiques. La loi prévoit une procédure stricte à ce sujet, mais il semblerait qu’elle n’est pas toujours respectée…

« On estime qu’il se broie plus de 1 000 à 2 000 appareils par semaine chez les ferrailleurs – en 50 et 100 000 par année! C’est sans tenir compte des airs climatisés, déshumidificateurs et pompes à piscine qui contiennent aussi des halocarbures. » Arnold Ross, directeur technique de Recyclage Écosolutions

Pour ces raisons, il est intéressant de s’informer sur ce qui sera fait avec notre appareil avant de les laisser partir.

L’industrie en attente

Le ministère de l’Environnement (MDDELCC) annonçait dans un document publié à la fin 2014 qu’il prévoit  « modifier le Règlement sur la récupération et la valorisation de produits par les entreprises pour désigner les appareils de réfrigération, de congélation et de climatisation. » Lorsque ce sera fait, les producteurs auront l’obligation à déclarer le nombre d’appareils mis en marché et de mettre en place un système pour qu’ils soient recyclés selon les normes établies.

En attendant que cela se concrétise, nous pouvons aussi nous assurer que nos appareils en fin de vie soient convenablement traités. Certains programmes de recyclage existent, mais un effort de vigilance et d’information est nécessaire… à suivre! 😉

Références

Note : L’estimation des émissions de GES d’une voiture est basée sur le calculateur du Fond d’action québécois pour le développement durable. Hypothèse de consommation de 7 L/100 km et de 20 000 km de route par année.

Publicités

Une réflexion sur “ Pourquoi les frigos ne devraient pas aller chez le ferrailleur ”

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s