Contenants de boissons – réflexions quasi-existentielles

Contenants de boissonsEn 2005, RECYC-QUÉBEC estimait à 624 contenants de boissons consommés par personne par année. Cela représente 4,7 milliards de contenants de boissons de jus, lait, eaux, bières, vins, spiritueux et boissons gazeuses consommés au Québec!

Si la meilleure option est toujours de diminuer, il arrive inévitablement des fois où l’on cherche des substituts à l’eau, où l’on n’a pas d’extracteur à jus sous la main, où l’appel du 5 à 7 sur une terrasse nous taraude… À l’heure des choix, que peut-on prendre en considération dans notre réflexion? Les emballages de boissons sont typiquement des contenants multicouches, de plastique et de verre. Mes trois principaux critères de sélection sont le type d’emballage, la provenance du produit et le ratio contenu/emballage.

N’est-ce pas là tout un questionnement existentiel avant d’acheter une pinte de lait??? Heureusement qu’une telle réflexion mène à une décision qui peut se perpétuer dans le temps! 😉

Provenance :  veut-on prioriser des produits locaux? Biologiques? Dont nous connaissons les normes éthiques de production? Etc.

Ratio contenu/emballage : Plus le contenant est gros, moins le ratio est important. Il vaut donc mieux acheter de plus grands contenants (sauf dans le cas où l’on risque de perdre son contenu en raison de la date d’expiration…).

Parlons contenants multicouches (carton de lait, cartons de jus)

Comme une image vaut mille mots, voici une explication de leur composition:

Multicouche

Les contenants multicouches sont omniprésents en alimentation en raison de certaines caractéristiques qui leur confèrent un avantage non négligeable : ils sont légers et permettent la conservation d’aliments pour de longues durées (surtout pour les Tetra Pak, à température ambiante).

Le problème, c’est que le fait d’avoir un contenant composé de plusieurs matériaux complexifie son recyclage, car il faut alors re-séparer les matériaux. Les coûts liés à cette opération sont élevés, ce qui fait en sorte qu’il y a très peu de recycleurs au Québec qui sont intéressés à les acheter.

Ainsi, les multicouches sont principalement vendus à des courtiers qui les revendent à un destinataire qui nous est inconnu ou exportés hors-Québec. Pour plus de détails, vous pouvez consulter cette fiche d’information.

Tout ça pour dire que j’opte généralement pour du jus de pommes du Québec, mais dans un contenant en plastique (je m’abstiendrai toutefois de réitérer d’ici la fin du mois) 😛

La suite dans un prochain article!

Publicités

Une réflexion sur « Contenants de boissons – réflexions quasi-existentielles »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s